31 mars 2017

pêche brochet - pike fishing.


La météo annoncée semble favorable à une bonne journée de pêche.

 Le soleil se lève tout juste et illumine mon spot d'une belle lumière.Spot à la limite d'un bosquet muni d'un banc pour le repos des promeneurs ou pêcheur "extrême".Je me suis équipé à l'abri de la voiture parce que le vent d'ouest, plus fort que prévu, me glace littéralement.

Au bout d'une vingtaine de lancés, heureusement dans le bon sens des rafales avec un des deux streamer monté pour cette journée,  j'ai déjà une violente touche. Le ferrage bien réussi me permet d'échouer un beau poisson combatif de 77cm.

170331 pêche brochet 02
Voilà l'objet du délit sur son perchoir, on dirait un petit oiseau à dominante orange, poitrail blanc et tête un peu noire.

170331 mouche brochet 00

Dans l'eau, il prend la forme d'un poissonnet avec une nage particulièrement aguichante sous l'action de coup de scion.

170331 streamer brochet 01

Je passe le pont donnant l'accès à la ferme et je m'enfonce dans un amas de roseaux desséchés devant moi et à l'arrière des arbres aux branches basses se perdant dans quelques buissons. Loin d'être l'idéal pour fouetter.
Ce qui devait arriver arriva. Après un beau et délicat lancer ma mouche atterrie pile poil le long de la berge devant une "mini baie" dégagée avec la certitude qu'elle abrite un fish. Ma soie en se déroulant s'est emberlificotée dans une haute touffe de roseaux. Évidemment, c'est à ce moment là que je vois surgir la grosse bête et gober complètement mon streamer,  je ferre comme je peux avec ce mou de soie pris dans les roseaux. Mais le combat est de courte durée, mal piqué à cause du mou dans la ligne il me fausse assez vite compagnie. Plusieurs tentatives avec d'autres formes et couleurs ne le feront pas attaquer à nouveau.
Le vent reste fort, mais bien orienté pour des lancés performants en distance de prospection des berges tout en évitant de se ramasser une taille 8/0 dans la couenne.  ;-)
J'arrive au ponton et la petite barque à moitié coulée ou un poisson est toujours en poste, même avec la proximité d'un petit camping et du va et vient de la ferme attenante. Ça ne manque pas, une attaque éclair avec un jump hors de l'eau gueule ouverte, mais qui passe à côté de la mouche orange. Je ne comprends pas comment ce très beau poisson a pu la rater. La nage de celle ci était pourtant très, trop, lente ? Pareillement au poisson précédent, il ne se manifestera plus sur les différentes présentations que je lui offrirai.
A l'abri des arbres et du vent la chaleur a bien montée, j'enlève des couches de vêtements. L'eau est aussi lisse qu'un miroir.

------------------------------

J'arrive en fin de notre parcours habituel, dans les méandres bien garnis en buissons très gênant, passé le pont du carrefour. Je m'apprête à retourner vers la voiture après une vingtaine de lancés assez difficiles vu la configuration quand j'aperçois à quelques reprises des gros Vé typiques aux déplacements de très grosses carpes. Le genre de truc sans précipitation, mais force tranquille. Mais en ayant raté de nombreuses fois, Fabrice et moi, des gros sujets brochets certainement très "éduqués" que je me dis que ça vaut la peine d'insister. Je lance comme je peux devant un de ces vé éloigné d'une bonne quinzaine de mètres devant moi, et je strippe rapidement pour simuler une proie en fuite,  mais je ne vois rien suivre. La mouche et presque à mes pieds que je bande la canne pour refaire un nouveau lancé au plus vite qu'une grande gueule surgit de nul part vient happer le dernier streamer vert. Malgré le bond occasionné par l'attaque surprise, je parviens à bien ferrer ce colosse. Il tire à gauche, il tire à droite et remue un paquet de vase du fond.


Le combat se termine difficilement. J'ai une barrière de roseaux d'un bon mètre de large à lui faire franchir. Arrivé presque à portée de main, ma ligne tendue comme sur une arbalète, il prend appui sur les roseaux couchés pour faire une belle culbute et se décrocher avec la mouche qui me revient presque en pleine figure. Dans un réflexe de prédateur à mon tour, ne voulant pas perdre un si beau spécimen, je saute au jus pour le saisir avec dextérité une main dans une ouïe. La première tentative est la bonne, avec les chaussures enfoncées dans la vase et l'eau au dessus des mollets, j'oublie les maux de dos et je sors vainqueur avec mon poisson au bout du bras.
Yes, ça c'est de la bagarre !!!
Je veille à ce qu'il puisse repartir dans de bonnes conditions après une rapide photo.170331 pêche brochet 05

Manque 1cm pour faire le m

Et détail de la tête du gros (mais je n'ai pas la grosse tête)

170331 pêche brochet 06

170331 mouche brochet 03

 Sur le chemin inverse, je ne peux m'empêcher de refaire quelques tentatives autour du ponton. Un autre poisson, plus petit, occupe activement la place. Je le vois très bien se lancer à la poursuite du streamer vert et l'attaquer comme un furieux avec toute l'inexpérience de sa jeunesse. Je le pique bien et le sors facilement de l'eau.

170331 pêche brochet 07
Quand on pense qu'il est mieux d'avoir de belles vaguelettes sous le vent pour trouver les poissons en activités et c'est deux fois coup sûr coup que j'en choppe un en plein abri.

170331_streamer_brochet_Hollande_00


Après une collation et un court trajet en auto (10') Je me gare près de la ferme gardée par un solide rottweiler et un tout aussi impressionnant berger allemand. Les premiers biefs de ces fossés de chaque côté de la route ne trahissent par la réputation que nous lui avons donnée. Deuxième lancé et petit "toc" me faisant penser à une accroche dans une plante aquatique mais immédiatement suivi dans vé en en lent déplacement perpendiculaire à mon lancé? Déplacement d'une carpe ? Non ! Dans 30cm d'eau j'aperçois un "sous marin" ENORME !!! Cette largeur de dos et cette longueur !!!

C'est en tremblant sous l'émotion que je parviens à refaire un bon lancé vers la direction ou je l'ai vu s'éloigner. Il suit ... Je le vois nettement ouvrir son énorme gueule à quelques mètres de moi et je vois tout aussi distinctement qu'il la referme dans les fibres de queue, l'hameçon en dehors malheureusement. Ses dents restent un moment enchevêtrées dans le flashabou et j'ai tout le poids du maousse dans la canne pendant quelques secondes. Je refais évidemment de nombreuses différentes tentatives mais totalement infructueuses.

Dans le bief suivant, qui communique par une mini buse, je vois cette eau si peu profonde, un brochet tout aussi costaud. Le même qui a traversé ou un autre? Je lui présente discrètement un streamer qu'il vient "flairer" et réitère par trois fois avec des streamers et actions différentes. A chaque fois il vient sentir et s'en va à son aise pour disparaître définitivement.
Le ciel se couvre soudainement et le vent se renforce accompagné d'une bonne averse.


Plus loin, près du B&B, dans un petit bazar de rien du tout,  pas large 1m50, pas de fond 30cm. J'arrive à lancé assez loin, une grosse secousse puis plus rien et c'est lourd. Je n'ai pas vu de remous d'attaque alors je pense à un paquet d'herbes accrochées. Après avoir tiré ce poids mort sur 3 ou 4 mètres, je vois un gros poisson faire une soudaine pirouette et je sens ma ligne se libérer de sa charge. Ah non c'est pas vrai, là je râle trop sur moi même

.
Le vent tempétueux me contraint à abandonner la canne à mouche et comme je suis retourné près de la voiture, je prends mon équipement casting pour tenter le recoin en roseaux, ou un vélo "volé" y avait été jeté.

Après quelques très délicats lancés dans la roselière je me laisse surprendre par une belle attaque, déconcentré à lutter contre les bourrasques et éviter de m'accrocher dans les énormes racines, je perds rapidement ce poisson de taille moyenne.

Je reste, malgré des beaux poissons manqués, très content d'avoir eu mon compte en émotions sur cette journée bien remplie